Chroniques et opinions

À titre de directeur général du Bureau de la sécurité privée (BSP) depuis février dernier, je suis heureux de reprendre les rênes de la chronique «Point de vue». Je commencerai par me présenter brièvement.
L’industrie de la sécurité n’échappe pas à la vague des nouvelles technologies qui change de façon radicale les pratiques des intervenants en sécurité privée.
Un aspect souvent méconnu de la Loi sur la sécurité privée est que le législateur québécois a confié l’administration du Bureau de la sécurité privée majoritairement à des représentants de l’industrie.
Depuis les attentats de septembre 2001, nous remarquons que la sécurité privée est de plus en plus visible dans les lieux publics, que ce soit la sécurité humaine ou électronique.
En novembre 2013, le Bureau de la sécurité privée était l’hôte du congrès annuel de l’International Association of Security and Investigative Regulators (IASIR).
Pour certains, l’informatique et la réseautique sont des domaines qui semblent inaccessibles. Plonger dans le monde IP s’avère tout un défi pour plusieurs installateurs qui sont habitués au câblage et aux interfaces de clavier numérique.
Titulaire d’un baccalauréat en administration, concentration marketing à l’École des sciences de la gestion (ESG UQAM), j’ai grandi dans le domaine de la sécurité.
Des franchises sont convenues dans la plupart des contrats d'assurance. Il s'agit d'un montant forfaitaire qui est déduit du montant de l'indemnité due par l'assureur et que l'assuré conserve à sa charge.
C’est suite à la lecture du numéro Été 2016 de Sécurité Québec que m’est venue l’idée de vous sensibiliser aux risques associés aux véhicules aériens sans pilote (VASP) ou aéronefs téléguidés (AT) communément appelés drones, ainsi qu’au positionnement des assureurs face à leur utilisation commerciale.
En quoi consiste l’assurance de frais juridiques? L’assurance de frais juridiques est un produit relativement nouveau au Canada.
Afin d’améliorer – ou, du moins, de préserver – leurs résultats financiers, les assureurs ont, depuis les tout débuts de l’assurance, agi de sorte à limiter les risques qu’ils assument.
D’abord, permettez-moi de me présenter. Je suis courtier en assurance de dommages à l’emploi de BFL CANADA risques et assurances inc. depuis cinq ans. BFL CANADA offre des services de courtage spécialisés dans plusieurs domaines, incluant celui de l’industrie de la sécurité.
En 2014, 5.3 millions de téléphones ont été volés et 1 utilisateur sur 5 a dû faire face à un incident de sécurité. Voir ses photos, courriels, opinions personnelles, informations bancaires divulguées peut avoir des conséquences désastreuses pour plusieurs. Ces équipements contiennent en effet énormément de données confidentielles ou personnelles.
Depuis les attaques contre Charlie Hebdo, une guerre de relations publiques a présentement lieu sur Internet. Elle oppose les Cyber Djihadistes au groupe Anonymous, une entité qui se forme et se déforme selon ses membres et les besoins du jour.
Depuis plus de 10 ans, nous vérifions régulièrement les configurations et paramètres des systèmes d’information de nos clients afin de prévenir les incidents de sécurité ou, de façon plus regrettable, enquêter sur ceux survenus.
Le 29 janvier 2017, un attentat par arme à feu visait le Centre culturel islamique de Québec, faisant six morts et de nombreux blessés. Malheureusement, cet événement dramatique n’est pas le premier au Québec, et il suffit d’évoquer les noms du Métropolis (2012), de Dawson (2006), de Concordia (1992), de Polytechnique (1989) ou de l’Assemblée Nationale du Québec (1984) pour raviver des souvenirs encore trop proches. Si les résultantes de ces événements avaient plus en commun que les motifs invoqués, il apparaît impossible, et surtout dangereux, de déclarer que ces événements n’arrivent qu’aux autres.
Dans de trop nombreux cas, par manque de temps, de ressources, ou simplement de connaissance des bonnes pratiques, des actions mal adaptées devant améliorer la sécurité sont implantées dans les organisations. Cependant, si ces démarches ne sont pas minutieusement analysées au préalable et intégrées dans un plan global de sécurité, les chances d’obtenir des résultats nuls, voir même contre productifs, sont grands.
Gérer des systèmes de sécurité de plus en plus élaborés, constructifs et couvrant des domaines aussi vastes que la sécurité physique ou de l’information, la continuité des affaires, les mesures d’urgence, la gestion du personnel, les enquêtes (...) requiert un savoir-faire tout autant que des ressources fiables et reconnues.
Quel professionnel n’a jamais été témoin du manque important de reconnaissance des métiers de la sécurité ou des programmes éducationnels en sécurité intérieure au Québec?
Fondée en 1990, la section montréalaise d’ASIS International compte actuellement 200 membres, faisant d’elle la plus grande association individuelle en sécurité du Québec. Jusqu’à présent, 32 de ses membres ont obtenu et maintiennent une certification ASIS (CPP, PSP et/ou PCI).
La RAC est l’une des voies pour décrocher un diplôme, améliorer vos chances d’avancement ou accéder à une promotion. Grâce au processus de la RAC (reconnaissance des acquis et des compétences), vous n’avez pas à revoir ce que vous savez déjà.
Nous sommes maintenant rendus bien loin des systèmes d’alarmes à zone câblée unique et dotés d’une petite lumière verte ou rouge pour indiquer l’état du système sur un panneau placé à l’entrée d’une résidence; une époque que je n’ai toutefois connue.

Les plus populaires

Événements récents

Sécurité Canada Est
April 25, 2018