Sécurité Québec

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Le SNCF veut que Québec régisse adéquatement la sécurité des agents de transport de valeurs


27 octobre 2016
Par Eric Cloutier
Le Syndicat national des convoyeurs de fonds (SNCF-SCFP 3812) exige que le gouvernement du Québec adopte une réglementation plus adéquate pour encadrer le transport des valeurs et la sécurité des agents de transport de valeurs, à la suite de récentes attaques dont ont été victimes des agents de la firme Garda. (Photo : capture d’une image provenant du site Web du Syndicat national des convoyeurs de fonds)
Le Syndicat national des convoyeurs de fonds (SNCF-SCFP 3812) demande au ministère de la Sécurité publique d’adopter une réglementation pour encadrer plus adéquatement le transport des valeurs et la sécurité des agents de transport de valeurs, à la suite de récentes attaques dont ont été victimes des agents de la firme Garda.

 
La dernière de ces attaques spectaculaires est survenu le vendredi 21 octobre en après-midi à Pointe-Claire. Les suspects se sont rendus dans une allée de livraison située à l’arrière du Home Depot du boulevard Hymus, où ils ont barricadé les agents de Garda avant de percer la porte arrière d’un camion à l’aide d’une pelle chargeuse.
 
«Nous tenons à préciser à quel point nous sommes soulagés qu’ils s’en sortent indemnes. Nous sommes présents afin de s’assurer qu’ils soient encadrés et appuyés pour la suite des choses. Par contre, nous saisissons l’occasion pour encore une fois demander que le gouvernement du Québec et le ministère de la Sécurité publique agissent pour avoir une règlementation adéquate encadrant le transport des valeurs et la sécurité des agents de transport de valeurs» a affirmé Jean-Luc Brosseau, président par intérim du Syndicat des agents (SNCF-SCFP 3812), le 21 octobre par voie de communiqué.
 
Le SNCF-SCFP 3812 reproche au gouvernement de faire «la sourde oreille» depuis trop longtemps et de refuser d’entendre les arguments des agents de transport de valeurs «qui sont sur la première ligne et donc les mieux placés pour démontrer les lacunes flagrantes dans les règles et les balises de sécurité encadrant la profession», argue le syndicat.
 
«Comment tolérer et cautionner que les agents de transport de valeurs n’aient même pas de place au Bureau de la sécurité publique pour sensibiliser les acteurs du milieu, alors que ce sont eux qui mettent en danger leur vie au quotidien?» demande Jean-Luc Brosseau.
 
Le SNCF-SCFP 3812 rappelle que la «profession d’agents de transport de valeurs est particulière, unique et comporte un haut niveau de risques quotidiens», tandis que son président affirme qu’il «est maintenant plus que temps d’agir afin que le transport de valeurs soit enfin sécuritaire pour tous, en toutes circonstances».
 
Le SNCF-SCFP 3812 fait partie du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP) qui compte plus de 110 000 membres au Québec. Le SCFP représente environ 3500 membres dans le secteur mixte au Québec (débardeurs, employés de compagnies d’assurances et de syndicats, de groupes sociaux et communautaires, de transport de valeurs).

Advertisment