Sécurité Québec

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Les entreprises de sécurité d’ici conviées à une mission commerciale au Brésil


25 février 2016
Par Eric Cloutier
La mission commerciale prévue en sol brésilien du 7 au 14 mai 2016 et plus précisément à São Paulo, dans le cadre de la foire sectorielle EXPOSEC International Security Fair, est une mission privée organisée par l’entreprise québécoise Viabilis do Brasil Consultoria Ltda, qui développe ce projet depuis un peu plus de deux mois et qui bénéficie du soutien de Québec international, Export Québec, la Banque de développement du Canada (BDC) et d'Exportation et Développement Canada (EDC). (Photo : Deni Williams, site Web de Wikipédia)

L’agence de développement économique Québec International a accueilli 25 personnes lors d’un petit-déjeuner-conférence tenu le 11 février à Québec, afin de présenter deux missions commerciales prévues ce printemps au Mexique et au Brésil et qui sont destinées aux entreprises québécoises oeuvrant en sécurité.

 

À noter que la seconde portion de ce reportage (voir plus loin ci-dessous) portera exclusivement sur les spécificités de la mission brésilienne; une mission organisée par une firme de consultants privée.

Advertisment

Le petit-déjeuner conférence avait été organisé en collaboration avec Export Québec, le ministère de l’Économie, des Sciences et de l’Innovation (MESI) l’entreprise québécoise Viabilis do Brasil Consultoria Ltda oeuvrant au Brésil, la Banque de développement du Canada (BDC) et d’Exportation et Développement Canada (EDC). La majorité des participants à l’événement provenaient d’entreprises oeuvrant dans la région de Québec et dans l’industrie de la sécurité. Les autres étaient des représentants d’Export Québec, de Québec International, de la BDC et d’EDC.

Les occasions d’affaires sur les marchés mexicain et brésilien ont fait l’objet de deux présentations, le tout ayant été suivi par des rencontres individuelles entre les participants et les experts invités.

Principaux objectifs des deux missions

Les principaux objectifs des deux missions commerciales consistent à aider les entreprises québécoises à promouvoir et à exporter leurs produits et services au Mexique et au Brésil, tout en facilitant leurs démarches par l’organisation de rencontres avec des clients, distributeurs ou d’autres partenaires potentiels dans ces deux pays.

La clientèle visée dans le cadre de ces deux missions commerciales sont plus précisément des entreprises oeuvrant notamment dans la sécurité informatique, les systèmes de contrôle d’accès et de vidéosurveillance (CCTV), les solutions de repérage et de GPS, les systèmes biométriques et d’identification, les détecteurs de drogues, d’explosifs et de matières dangereuses, la protection contre les incendies, les vêtements spécialisés pour les pompiers, policiers et autres forces de sécurité, la sécurité publique, l’industrie du blindage, ainsi qu’en hygiène et sécurité industrielles.

Dominique Têtu, un porte-parole d’Export Québec, a résumé les grandes lignes de la mission commerciale qui se déroulera au Mexique du 25 au 29 avril; une mission organisée dans le cadre du salon Expo Seguridad qui, lui, se tiendra à Mexico du 26 au 28 avril.

De leur côté, François Godbout et Thomas Paquin-Lamontagne, respectivement président et consultant en affaires internationales de Viabilis do Brasil Consultoria Ltda, ont fait la promotion de la mission commerciale prévue en sol brésilien du 7 au 14 mai 2016 et plus précisément à São Paulo, dans le cadre de la foire sectorielle EXPOSEC International Security Fair. Dans ce cas précis, cette mission privée est organisée par cette entreprise. Viabilis do Brasil Consultoria Ltda, qui travaille à développer ce projet depuis un peu plus de deux mois, a elle-même soumis l’idée de cette mission brésilienne à Québec international, Export Québec, la BDC et EDC.

Au cours d’une entrevue exclusive accordée à Sécurité Québec le 16 février, François Godbout, président de Viabilis do Brasil Consultoria Ltda, a toutefois expliqué que son entreprise a sollicité elle-même Québec International et Export Québec pour obtenir leur aide dans la promotion et l’organisation de cette mission commerciale.

La situation particulière du Brésil

Selon François Godbout – qui œuvre au Brésil depuis de nombreuses années – la mission commerciale en voie d’organisation dans ce pays revêt un caractère particulier, en raison d’un contexte spécifique à ce pays.

«On entend dire toutes sortes de choses en ce qui concerne le Brésil. Les choses négatives sont également vraies, à savoir que le gouvernement brésilien est à la fois corrompu et incompétent. L’économie va mal dans plusieurs secteurs d’activités. Par exemple, les affaires en matière de minerais et de pétrole ont beaucoup baissé. La compagnie pétrolière nationalisée Petrobras croule sous les scandales, comme par exemple des nominations politiques de personnes qui n’avaient pas les compétences pour occuper certaines fonctions spécifiques mais qui étaient excellents pour donner de l’argent. Cependant et malgré cette situation-là, d’autres secteurs d’activités se portent très bien. On pense à l’agriculture par exemple. Si la Chine est la manufacture du monde, le Brésil est le jardin du monde», fait remarquer M. Godbout.

«Le secteur de la foresterie et des pâtes et papiers va également très bien. Le Brésil a vingt ans d’avance sur le Canada et le Québec. Ici, on a perdu le ¨beat¨. L’industrie éolienne, pour sa part, se porte également à merveille. On prévoit une croissance de 18% à 20% d’ici cinq à dix ans», renchérit-il.

M. Godbout ajoute que le quatrième secteur en forte croissance au Brésil s’avère celui de la la sécurité publique et privée.

«Le Brésil compte 10% de millionnaires parmi sa population, soit 20 millions de personnes. C’est du monde ça! Ces gens-là ont donc beaucoup d’argent, mais également beaucoup de grandes d’entreprises et de propriétés qui nécessitent d’être sécurisées. Les besoins de sécurité ont augmenté récemment et de façon accélérée en raison notamment du taux de chômage qui était de 4,5 % voilà cinq ans et qui approche maintenant le seuil de 10 %. De plus, il existe actuellement un momentum favorable pour les entreprises en sécurité en raison de la tenue du salon EXPOSEC au mois de mai. Ce salon vise principalement la sécurité électronique. Par contre, l’événement n’est pas limité qu’à ce thème et, en marge de cette activité, il en y aura simultanément deux autres à São Paulo, soit une série de conférences sur la sécurité, ainsi que l’événement Magnum Show. Les organisateurs de ce salon annuel s’attendent à accueillir 800 exposants et 40 000 visiteurs. São Paulo est une ville huit fois plus grande et plus populeuse que Montréal. L’an dernier, cette exposition avait accueilli plus de 700 exposants. Cette année, en raison des besoins croissants de sécurité au Brésil, les organisateurs en attendent plus de 800», raconte-t-il encore.

Québec International et les autres organisations aideront ainsi Viabilis do Brasil Consultoria Ltda pour le recrutement d’entreprises d’ici et pour leur référencement auprès des entreprises brésiliennes.

M. Godbout ajoute qu’un autre facteur favorable à la tenue de cette mission sera la présence prolongée de Thomas Paquin-Lamontagne au Brésil. Ce dernier doit déménager sous peu à São Paulo où il résidera durant plusieurs mois pour des raisons personnelles.

«Nous avons également approché des associations d’ici, en l’occurrence ASIS Montréal et l’ASIQ (Association de la sécurité de l’information du Québec), pour obtenir leur soutien dans le cadre de notre projet. Ils ont accepté de nous aider à le promouvoir. Il faut dire que plus de 600 entreprises québécoises oeuvrent dans différents secteurs d’activités au Brésil et que près de 125 ou 150 d’entre elles sont déjà établies au Brésil», précise-t-il.

«Pour vous donner une idée de la paranoïa et de la culture de la sécurité existant au Brésil, ce pays est le seul au monde où tous les fabricants d’automobiles sur place peuvent vous fournir une automobile blindée de série. Il existe également quelques entreprises privées et spécialisées dans le domaine du blindage qui exportent leurs technologies à travers le monde, par exemple en Chine, en Afrique du Sud et en Amérique du Sud», conclut-il.

M. Godbout s’affaire à établir ces jours-ci des contacts individuels avec les différentes entreprises québécoises qui ont participé à l’activité du 11 février et avec d’autres qui pourraient être intéressées à faire partie de la mission au Brésil, afin de procéder à leur inscription. La période pour s’inscrire et prendre part à cette mission se terminera à la fin du mois de mars.

Pour de plus amples informations sur la mission commerciale de Viabilis do Brasil Consultoria Ltda et sur le salon EXPOSEC, il s’agit de consulter les sites Web de ces deux organisations.

www.viabilis.ca, www.exposec.tmp.br/16/en, www.exposeguridadmexico.com/en/Home