Sécurité Québec

Associations Nouvelles
Profiter de cette période de crise pour se réinventer


30 avril 2020
Par Chantal Bélanger

Chantal Bélanger

J’espère qu’au moment de lire cet article, vous et vos proches êtes en bonne santé et à l’abri du virus de la COVID-19. Depuis le début des mesures de sécurité et de prévention mises de l’avant par les paliers de gouvernement, le conseil régional de CANASA Québec est actif pour aider ses membres. De concert avec le Bureau de la sécurité privée (BSP), nous avons obtenu d’entrée de jeu la reconnaissance de « service essentiel » pour les entreprises en sécurité privée. La CANASA a d’ailleurs acheminé rapidement les renseignements pertinents sur ce sujet et sur les informations liées à la COVID-19. Je vous rappelle aussi que la CANASA a rédigé une lettre modèle pouvant être utilisée si le confinement à domicile devait limiter le déplacement de travailleurs affectés à des travaux d’urgence. Cette lettre peut être téléchargée depuis le site de la CANASA. Je profite de l’occasion pour remercier le BSP de son aide dans ce dossier.

Plusieurs personnes se questionnent encore sur ce qui est considéré comme un « service essentiel ». À cet effet, je cite le BSP qui a émis ce commentaire : « Si la sécurité privée est un service essentiel, les fournisseurs de sécurité le sont également. Par contre, nous devons tous faire preuve de bonne foi. Ce qui est essentiel, ce sont les réparations des équipements existants ou l’installation de nouveaux équipements – vraiment obligatoires – dans le contexte actuel. Il ne faut jamais perdre de vue que l’objectif est d’éviter le plus possible les contacts entre humains. Pour votre sécurité, mettez en application les directives de la santé publique et évitez de vous mettre dans une situation risquée ».

Rareté de main-d’œuvre
Il y a quelques mois, le Conseil régional du Québec a mis sur pied un comité de travail responsable de définir les enjeux, les objectifs et les pistes de solutions pour faire face à la rareté de la main-d’œuvre dans notre métier, et assurer la prospérité des entreprises dans le futur. La relève étudiante en sécurité (DEP 5296) s’avère l’une des pistes de solutions visant à prévenir la rareté de la main-d’œuvre. La CANASA travaille avec les établissements d’enseignement pour les aider à augmenter leur taux d’inscriptions en chute libre depuis les cinq dernières années.

Advertisment

En parallèle, on remet en question les données statistiques concernant les métiers d’électricien et électricien spécialisé en installation de systèmes de sécurité, lesquelles influencent les décisions prises par les autorités en matière de formation et autres. Pour nous outiller et obtenir le meilleur portrait de la situation des entreprises en sécurité, le conseil régional vous réitère l’importance de répondre au sondage qui vous a été envoyé à la mi- mars. Il sera sans doute envoyé de nouveau en avril.

Considérant la situation actuelle, le traitement des autres dossiers continue, mais à un rythme plus lent qu’à l’habitude.

Calendrier des activités
Les activités d’avril – le Salon Sécurité Canada Est et la soirée de clôture du Salon – ont été, évidemment, reportées (nouvelle date à déterminer). Le calendrier des rencontres de membres ainsi que les changements à venir seront communiqués par courriel, sur les réseaux sociaux et sur le site www.canasa.org.

En terminant, je vous invite à mettre cette pause imposée à profit en préparant l’après-coronavirus. Dites-nous comment la CANASA peut vous aider et, surtout, n’hésitez pas à communiquer avec les membres de « l’équipe CANASA » : la permanence, les membres du conseil régional du Québec (liste disponible sur le site www.canasa.org) et moi-même. Vos questions, idées et suggestions sont toujours bien accueillies.

Au plaisir de vous rencontrer sous peu. Du moins, je nous le souhaite. Restons positifs… ça va bien aller !

Chantal Bélanger est présidente du Conseil régional de la CANASA, section Québec.