Sécurité Québec

En vedette
La surveillance aide à régir le hockey et assurer la sécurité des joueurs


24 septembre 2020
Par Gavin Daly

Plus que jamais, les matchs dépendent de caméras réseau de qualité radiodiffusion et de technologies de surveillance pour aider les officiels à se prononcer sur les buts et les pénalités, et pour garder tout le monde en sécurité et en santé.

C’est incroyable tous les efforts qui ont été déployés pour assurer le retour des matchs de la Ligue nationale de hockey après leur interruption dictée par la pandémie de la covid-19 en mars 2020. Heureusement, les activités ont repris, et tout va bien jusqu’à maintenant. Les joueurs vivent dans leurs bulles à Toronto et à Edmonton, et jouent dans des arénas vides, alors que les partisans regardent les joutes avec enthousiasme depuis leur petit écran. On pourrait croire à une nouvelle saison de hockey normale. Presque.

Les bulles de hockey se composent d’hôtels, de patinoires et d’autres lieux réservés aux joueurs, au personnel de l’équipe et de la ligue, au personnel médical et à quelques autres membres du personnel. De nombreux diffuseurs de sports, chroniqueurs spécialisés et journalistes demeurent toutefois absents, interdits de séjour dans les bulles. Pour cette raison, ils dépendent de la couverture haute résolution et précise de chaque mouvement des joueurs pour relater leurs histoires. De leur côté, les occupants des bulles font tout ce qui est en leur possible pour demeurer en sécurité et limiter les risques de tomber malade.

Advertisment

Cette nouvelle réalité de hockey repose sur la surveillance pour saisir chaque seconde des parties, afin qu’aucun jeu ne se retrouve en zone grise. Pour ce faire, la ligue a installé une douzaine de nouvelles caméras (pour un total de 32) dans chaque aréna qu’elle utilise, dont une surplombe directement le centre de la patinoire. Obligée de composer avec des parties sans le soutien des fans, la ligue tenait à offrir des prises de vue sous plusieurs nouveaux angles.

Caméras réseau à la rescousse

Comme le hockey s’avère un jeu d’action rapide, les caméras doivent être en nombre suffisant et offrir une qualité suffisante pour capter tous les détails. Ce faisant, la Ligue de hockey de l’Ontario (LHO) a récemment fait installer des caméras réseau pointant vers les filets et le chronomètre dans chacune de ses 20 patinoires. Ces caméras sont commandées par un logiciel de gestion vidéo incorporant une interface logicielle personnalisée permettant à la station de caméras de diffuser la vidéo en direct, à la fois aux officiels du match au siège de la ligue et aux stations de télévision diffusant la partie. La station de caméras accepte également les signaux des caméras de télévision en réseau, permettant aux officiels de revoir sous plusieurs angles les scènes entourant une pénalité ou un but en mode relecture instantanée avant de prendre position sur la décision d’un arbitre.

Les solutions de surveillance et les grands événements sportifs – en particulier le hockey – vont de pair. Ces systèmes se révèlent un moyen inestimable de compiler les statistiques et les jeux des joueurs, et d’améliorer les décisions des arbitres. Outre les meilleures prises de vue et reprises de jeu, la Ligue nationale de hockey (LNH) peut bénéficier de l’ajout de bruits de foule pour compenser l’absence de spectateurs et amplifier des sons de jeu (lancer frappé, coup de patin…) pour mettre les téléspectateurs dans l’ambiance du match.

 

Au service de la santé et de la sécurité

Le maintien de la santé et de la sécurité de tous les occupants des bulles de hockey de la LNH s’avère également une priorité, afin que les matchs se poursuivent pendant cette période de perturbation. La sécurité des bulles et des arénas peut être améliorée avec des systèmes de surveillance simples. Dans certains cas, la technologie peut être greffée aux systèmes existants, comme pour le contrôle des accès aux bulles. Des caméras de surveillance couvrant les paramètres extérieurs des bulles ainsi qu’un accès d’entrée sans contact peuvent être utilisées. Les joueurs peuvent balayer un code QR ou retirer rapidement leur masque pour un contrôle d’accès biométrique. En plus de limiter l’accès aux personnes non autorisées, ces solutions évitent de toucher aux poignées de porte.

En ce qui concerne l’hygiène et l’assainissement, les arénas peuvent équiper leurs toilettes de caméras comportant une fonctionnalité de comptage de personnes. Ainsi, des messages peuvent être acheminés au personnel de nettoyage (après un nombre de passages établi). Des messages audio peuvent aussi être diffusés par un haut-parleur situé près de l’entrée, du genre « Un maximum de trois personnes sont autorisées dans les toilettes – veuillez attendre votre tour dans le couloir » ou « N’oubliez pas de vous laver les mains ».

Dans le but d’assurer la distanciation prescrite, un estimateur d’achalandage peut évaluer le taux d’occupation (dans les bulles ou une autre zone) et émettre un message audio en cas de dépassement, ou encore actionner une ampoule stroboscopique.

En ce qui concerne les médecins ou les ambulanciers qui ne sont pas dans les bulles ou si un joueur est emmené à l’hôpital, des images de l’incident peuvent aider le personnel soignant à préciser le diagnostic en visualisant l’événement : séquences de la chute, coup au dos, etc.

Gavin Daly dirige le Groupe Service Professionnel (PSG) chez Axis Communications.