Sécurité Québec

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Les caméras dans les taxis de Montréal obligatoires dès le 1er janvier 2016


29 octobre 2015
Par Eric Cloutier
Une voiture de taxi photographiée à Montréal voilà quelques années. (Photo : Bull-Doser, site Web de Wikipédia)

À compter du 1er janvier 2016, les caméras de surveillance dans les taxis montréalais constitueront une obligation en vertu de la nouvelle réglementation de la Ville de Montréal adoptée à la fin de l’été et dévoilée en septembre.

 

Cependant, l’administration du maire Denis Coderre accorde un délai d’une année pour permettre aux chauffeurs de conformer à la nouvelle réglementation et pour changer de véhicule si le leur s’avère trop vieux, c’est-à-dire s’il compte plus de huit ans. Un fonds spécial sera mis sur pied pour les aider à financer l’achat et l’installation de caméras. Cependant, on ne sait pas encore si le fonds couvrira la totalité de ces dépenses.

Advertisment

La Ville de Montréal estime que les caméras auront un effet dissuasif sur la criminalité à l’endroit des chauffeurs de taxis et faciliteront l’identifier des contrevenants.

Seuls les policiers et les agents de la paix seront autorisés à accéder aux bandes vidéo des caméras pour visionnement à des fins d’enquête. Un autocollant sera placé en évidence sur chaque voiture de taxi pour informer les clients de la présence d’une caméra.

Les chauffeurs de taxi se montrent mitigés face à cette initiative. Certains l’applaudissent, d’autres moins. Une partie de la facture pour l’acquisition de caméras sera refilée aux chauffeurs eux-mêmes. Réagissant dans plusieurs médias nationaux, les chauffeurs les plus pessimistes estiment que l’installation des caméras ne leur apportera rien de plus en terme d’achalandage ou de hausse  de la clientèle, tandis que les autres, au contraire, croient que la présence de caméras découragera plusieurs agresseurs potentiels de s’en prendre aux conducteurs de taxis.

À noter également qu’à compter du 1er janvier prochain, les chauffeurs de taxis auront tous l’obligation d’ouvrir pas la portière à un client et devront porter un uniforme : pantalon noir ou jupe noire (le bermuda noir sera également permis durant l’été), chemise blanche ou polo blanc, souliers fermés et chaussettes. Tout chauffeur ne se conformant pas à ces nouvelles règles dévoilées le 27 octobre par la Ville de Montréal s’exposera à une amende variant de 125$ à 375$.

Le conseil municipal de Montréal a adopté mardi à 42 voix contre 19 ce nouveau règlement encadrant l’industrie du taxi, qui comporte plusieurs nouvelles obligations.

Au Bureau du Taxi de Montréal (BTM), on précise toutefois que l’obligation d’ouvrir la portière ne concerne uniquement que les clients qui commandent un taxi par téléphone ou par le biais d’une application, et non lorsque un taxi est hélé sur la rue ou lorsqu’il se trouve dans un poste d’attente. Le même règlement est déjà en application à Ottawa.

Enfin, depuis le 15 octobre, les chauffeurs de taxis de Montréal ont également l’obligation d’accepter le paiement par carte de crédit ou de débit.

www.ville.montreal.qc.ca