Sécurité Québec

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Projet pilote de traitement à distance des voyageurs aux douanes de Morses Line


11 février 2016
Par Eric Cloutier

Les voyageurs qui se présentent au poste frontalier de Morses Line, à Saint-Armand, après les heures normales sont dorénavant desservis par un agent des services frontaliers en fonction dans un centre de traitement à distance, et cela dans le cadre d’un projet pilote mis en place le 18 janvier et lancé officiellement le 11 février.

 

Pour ce faire, l’ASCF (Agence des services frontaliers du Canada) a mis en place une borne permettant une interaction audio bidirectionnelle, ainsi qu’une interaction vidéo unidirectionnelle. Des infrastructures et de l’équipement améliorés, notamment des clôtures, des barrières et de meilleurs systèmes d’éclairage et de caméras, ont été installés afin d’empêcher les voyageurs de passer la frontière sans autorisation et d’assurer l’intégrité de la frontière.

Advertisment

«Le projet pilote de traitement à distance des voyageurs est réservé aux citoyens et aux résidents permanents du Canada et des États-Unis. Les transporteurs et les biens commerciaux ne pourront pas être traités à distance après les heures normales de service.

Le projet pilote au point d’entrée de Morses Line a commencé le 18 janvier 2016. Aucune inscription n’est requise», explique l’ASCF, dans une description du projet sur son site Web.

Durant les heures normales de service ou dotées en personnel, les voyageurs sont rencontrés par un agent des services frontaliers au point d’entrée, et cela en conformité avec la procédure normale déjà en place.

Les heures de services du traitement à distance des voyageurs sont établies du lundi au dimanche de 16h00 à 8h00 (HNE), les heures normales de service pour les voyageurs étant du lundi au dimanche de 8h00 à 16h00 et celles pour les transporteurs et biens commerciaux du lundi au vendredi, 8h00 à 16h00 (à l’exception des jours fériés).

Fonctionnement du projet pilote

Tout voyageur se présentant au point d’entrée après les heures normales de service fait l’objet d’un traitement et d’un suivi à distance par un agent des services frontaliers affecté au Centre de déclaration par téléphone de l’ASFC. L’agent pourra voir son véhicule arriver grâce aux caméras de vidéosurveillance installées au point d’entrée.

L’agent posera des questions au conducteur du véhicule, ainsi qu’à ses passagers, le cas échéant, à l’aide du système audiovisuel installé dans la borne.

«Après l’entrevue, l’agent déterminera si vous et vos passagers et les marchandises dans votre véhicule pouvez entrer au Canada. Si vous ou vos passagers devez acquitter des droits et des taxes, vous pourrez effectuer le paiement à l’aide d’une carte de crédit valide seulement. L’agent traitera les paiements à distance à partir du Centre de déclaration par téléphone de l’ASFC», lit-on encore dans le contenu descriptif du projet pilote.

Si l’agent au Centre de déclaration détermine que le conducteur, ses passagers ou ses marchandises doit faire l’objet d’une vérification ou d’un examen supplémentaire, il demandera au conducteur de se rendre au point d’entrée en attendant l’arrivée d’agents. Cependant, il pourrait aussi demander au conducteur de se rendre à un autre point d’entrée canadien ou, le cas échéant, de retourner aux États-Unis, le cas échéant. Enfin, il pourrait aussi prendre toute autre mesure qu’il jugera nécessaire.

«Après vous avoir autorisé à entrer au Canada, l’agent déclenchera l’ouverture des barrières de sécurité et vous pourrez poursuivre votre chemin», conclut l’ASCF.