Sécurité Québec

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Un projet de loi pour implanter la biométrie en milieu carcéral au Québec


28 octobre 2015
Par Eric Cloutier
La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, a présenté, le 28 octobre à l'Assemblée nationale, un projet de loi préconisant l’implantation de technologies d’identification par empreinte digitales. Photo: page Facebook de officielle de la ministre Lise Thériault)

Le ministère de la Sécurité publique veut implanter progressivement des technologies biométriques dans les établissements carcéraux du Québec pour faciliter la vérification de l’identité des personnes incarcérées.

La vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Lise Thériault, a présenté un projet de loi en ce sens à l’Assemblée nationale, le 28 octobre.

Ce projet de loi concerne la vérification de l’identité des personnes en détention, et cela à partir de leurs empreintes digitales. Les mesures proposées permettraient l’implantation progressive du système biométrique dans les établissements de détention québécois, et ce dès sa mise en vigueur.

Advertisment

«La remise en liberté d’une personne incarcérée à la suite d’une erreur d’identification peut mettre en danger la sécurité du public. Ces situations sont inadmissibles et c’est pourquoi je m’étais engagée à prendre les moyens appropriés pour améliorer certaines pratiques et corriger des lacunes soulevées. Ce projet de loi propose donc de régler ce problème», a déclaré la ministre Lise Thériault.

Par l’adoption de ce projet de loi, Québec modifierait la Loi sur le système correctionnel du Québec, pour que l’identité des personnes incarcérées puisse être vérifiée ou confirmée au moyen de ce procédé qui permettant la prise des empreintes digitales.