Sécurité Québec

En vedette
Resolver lance le rapport d’incident activé par IA


20 avril 2021
Par Neil Sutton
Le moteur d'IA de Revolver permet d’étiqueter des personnes, des lieux, des organisations, etc. Le rédacteur du rapport peut ensuite vérifier que ces informations sont valides.

Le fournisseur de logiciels de gestion des risques et de la sécurité torontois, Resolver, a présenté une nouvelle version de sa suite de gestion des incidents dotée d’une technologie d’intelligence artificielle (IA) permettant d’automatiser les fonctionnalités de rapport.

Lors de son lancement virtuel la semaine dernière, la suite a fait l’objet de démonstrations quant à sa capacité à réduire le temps nécessaire à la création de rapports d’incident, ainsi qu’à améliorer la précision des données recueillies et des données de référence croisées servant à établir des modèles d’incident.

Le rédacteur du rapport n’a qu’à raconter une histoire de manière narrative lors de la création du rapport. Le moteur d’IA reconnaît automatiquement les détails tels que les acteurs clés, les entreprises, les dates, les heures, les lieux, etc. Il compare ensuite ces informations à une base de données établie.

Advertisment

« La description des incidents prend beaucoup de temps, en particulier si nous faisons preuve de diligence en matière de précision et que nous nous assurons de ne pas créer d’enregistrements en double », a déclaré le PDG de Resolver, Will Anderson, lors de la démonstration en direct. « La charge de travail de nombreuses équipes finit par avoir raison de certaines informations clés, lesquelles ne sont pas signalées. Cela empêche souvent d’établir des corrélations ou de relier les points ensemble. Voilà le problème auquel Resolver s’est attaqué avec son premier projet d’IA à l’interne. »

Dans le cas où le rapport contient un détail qui n’est pas déjà répertorié dans la base de données, le rédacteur peut le modifier et l’étiqueter au besoin. Au fil du temps et des répétitions, le moteur d’IA apprendra ces détails, améliorant ainsi ses capacités de reconnaissance pour chaque rapport subséquent. Une référence à un détaillant, par exemple, pourrait indiquer un emplacement déterminé ou la compagnie par elle-même. En étiquetant l’une ou l’autre option, le logiciel pourra l’identifier correctement dans les rapports futurs.

« Cette démarche vise à supprimer le travail de votre équipe de sécurité et, idéalement, d’automatiser complètement la description, étant donné que les données sont déjà présentes dans le récit », a indiqué M. Anderson. « Presque tout le travail que nous faisons consiste à codifier des informations qui figurent déjà dans le rapport d’origine ou à utiliser ces informations pour classer et étiqueter les incidents avec divers indicateurs et champs. »

Une fonctionnalité clé est l’intégration d’Amazon Translate qui permet au rédacteur du rapport de saisir les données dans la langue de son choix, puis de faire traduire le rapport dans la langue parlée dans l’organisation. Selon Resolver, cette fonctionnalité additionnelle (qui peut être désactivée) se révèle particulièrement attrayante pour les utilisateurs d’entreprise qui agissent au niveau international.

Ce nouveau logiciel devrait être offert à la clientèle au début de mai cette année. Les versions à venir pourront reconnaître davantage de données de rapport telles que les véhicules et les montants en argent. Resolver travaille également sur un algorithme pour configurer des indicateurs tels que l’implication d’armes et la réponse des services médicaux d’urgence (SMU), lesquels pourraient automatiquement faire remonter le niveau de priorité d’un incident.

Les clients qui ont prévisualisé le logiciel ont demandé que le logiciel ait la possibilité d’interroger Internet pour obtenir d’autres détails, en plus de ceux se trouvant dans la base de données, a fait remarquer M. Anderson. Cette fonctionnalité pourrait être intégrée aux versions futures.

« Notre intention est de vous aider à faire plus avec vos ressources et à mieux illustrer la valeur que vous créez pour votre organisation. L’IA n’est pas la solution ultime, mais c’est une technologie puissante que nous exploiterons pour faire avancer l’industrie », a ajouté M. Anderson.

En plus de ses nouvelles capacités d’IA, Resolver a annoncé un modèle de plateforme cognitive intégrée comportant des connecteurs prédéfinis permettant à son logiciel de s’incorporer plus facilement à d’autres outils d’entreprise tels que Servicenow, Everbridge, Slack et Salesforce.