Sécurité Québec

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
Vague de menaces et d’alertes à la bombe dans plusieurs écoles forcées d’évacuer leurs élèves


3 novembre 2015
Par Eric Cloutier

De nombreuses commissions scolaires et écoles de différentes régions du Québec ont été forcées d’évacuer leur personnel et les élèves ce matin (3 novembre) à la suite de courriels de menaces qu’elles ont reçues.

 

Plusieurs écoles de l’Outaouais, de l’Abitibi-Témiscamingue et de la région de Sept-Îles ont été fermées, tandis que des évacuations ont lieu dans des écoles des régions de la Mauricie, du Centre-du-Québec et de la Vieille-Capitale, ainsi que dans les cégeps de Trois-Rivières et de Drummondville.

Advertisment

Le message identique, dans lequel le signataire du courriel dit en vouloir aux professeurs qui font des grèves sporadiques, s’avère identique d’une école à l’autre.

Selon Radio-Canada et d’autres médias nationaux, la Sûreté du Québec (SQ) a confirmé les menaces reçues par différentes commissions scolaires et les nombreuses évacuations d’écoles, sans toutefois préciser les régions touchées et le nombre d’élèves évacués. La SQ refuse également d’établir un lien entre les nombreuses menaces.

De son côté, la Fédération des cégeps révèle que 15 de ses 48 établissements ont reçus des menaces et que deux d’entre eux ont été évacués.

Les ministères de l’Éducation et de la Sécurité publiques procèdent à des vérifications, mais n’ont émis aucun commentaire officiel pour l’instant.

Parmi les commissions scolaires touchées par des évacuations, mentionnons la Commission scolaire (CS) du Fer, la CS de l’Or-et-des-Bois, la CS de l’Énergie et la Commission scolaire Western Quebec (CSWQ)

La police de la MRC des Collines-de-l’Outaouais a entrepris une enquête à la suite de la réception d’un courriel indiquant la présence d’une bombe à proximité d’une école de la CSWQ qui a choisi de fermer ses écoles par mesure préventive.

De nombreuses menaces visent des établissements scolaires de l’Outaouais, dans la région d’Ottawa et de l’Est ontarien depuis environ une semaine. Bien que s’étant toutes avérées sans fondement jusqu’à présent, ces menaces ont provoqué d’importantes et longues interventions policières.