Sécurité Québec

Nouvelles Nouvelles de l’industrie
FlyScan élabore un système de détection à distance de fuites de pétrole dans les oléoducs


9 février 2016
Par Eric Cloutier

Depuis l’été 2015, Éric Bergeron travaille à temps plein au développement de FlyScan, une entreprise en démarrage hébergée par l’Institut national d’optique de Québec et qui conçoit une technologie pour permettre aux opérateurs de pipelines de détecter à distance de petites fuites de pétrole dans les oléoducs.

 

M. Bergeron, qui avait également été à l’origine de la compagnie OptoSecurity, une autre entreprise issue de l’INO, qui se spécialise dans les systèmes de sécurité pour les aéroports et que l’entrepreneur a ensuite délaissé, consacre dorénavant toutes ses énergies à FlyScan. Le système de détection de fuite de pétroles qu’élabore cette nouvelle entité aura la possiblité d’être installé sous un hélicoptère ou un drone.

Advertisment

«La première version du produit va être avec un hélicoptère. Actuellement, la réglementation fédérale, ici comme aux États-Unis, oblige [les compagnies] à survoler les pipelines aux deux semaines pour une inspection visuelle. Ce que je vais faire, c’est accrocher mon laser sous leur appareil. Les systèmes actuels de détection ne sont pas suffisamment sensibles pour détecter de petites fuites», a expliqué Éric Bergeron au quotidien Le Soleil de Québec, le 26 janvier lors d’une conférence de presse au cours de laquelle le gouvernement du Québec et la Ville de Québec ont annoncé une contribution financière de 400 000 $ accordée conjointement à FlyScan et à une autre compagnie en démarrage, Umanx (voir autre texte).

FlyScan souhaite à présent commercialiser son produit vers la fin de l’année 2016. Ses discussions avec des clients potentiels vont bon train selon M. Bergeron.

«Je suis en pourparler avec des opérateurs de pipelines au Texas», affirme-t-il.

Toujours selon lui, la technologie que développe FlyScan permettra à des compagnies comme TransCanada de surveiller l’étanchéité de pipelines qu’elles enfouissent sous terre et de ceux qui traversent des cours d’eau.

«Notre laser va permettre de détecter une fuite équivalente à un baril de pétrole par jour, ce qui veut dire 100 ml à la minute», conclut M. Bergeron.